Se libérer de la douleur-lien 

Annabelle Bissot

Le Blog

Suite à une conversation récente avec un ami qui continue de souffrir d'une rupture amoureuse, je souhaite vous parler de la douleur-lien.

 

Il s'agit d'une douleur que l'on continue de nourrir – la rendant alors « souffrance » - malgré qu’elle nous fasse du mal. Nous faisons cela car elle nous permet de rester connecté à l'autre. Puisque la relation amoureuse, harmonieuse n'est plus, on en crée une autre, afin de garder un certain lien en vie. Cela s'applique à toute sorte de rupture ou de séparation, y compris lorsqu'un proche décède, mais également à des situations.

 

Cette douleur qui sert de lien est comme une protection que l'on se crée, tant il est inconcevable pour certaines parties de nous, de ne plus être avec l'autre. Elle nous place dans une bulle, dans un refuge qui permet de ne pas faire face à la réalité de façon trop abrupte. Elle est donc utile dans un premier temps. Mais elle est également une illusion qui, après un moment, nous maintient dans une souffrance inutile. Le lien devient alors toxique.

 

Il est dès lors nécessaire de couper ce lien, afin d'aller jusqu'au bout du deuil. Cela peut se faire via diverses techniques ou rituels de libération. J'y ai personnellement été initiée grâce aux apprentissages reçus d'une plante lors de mon séjour en Amazonie. Celle-ci m’a donné une clé que je n’avais encore jamais envisagé jusqu’alors : la volonté de laisser partir (et non juste l’acceptation). Depuis lors, j'ai appris d'autres techniques qui sont venues formaliser ou s'ajouter à cette expérience.

 

Couper le lien demande d'être prêt. Car ce que vous lâchez, ce n'est pas la douleur. C'est l'autre. Cette personne que vous avez tant aimée. Et que vous aimerez toujours. Mais différemment. Sans attachement. Et cet au-revoir peut s'avérer très douloureux, mais ô combien libérateur. Un peu comme le phœnix renaît de ses cendres, vous pouvez ensuite vous éveillez à une nouvelle vie. Retrouver la sérénité et la paix du cœur.

 

Si ces mots vous parlent, je vous invite à vous faire accompagner dans cette étape de libération. Par moi, ou par quelqu'un d'autre qui vous met en confiance :) Cette confiance qui nous permet de nous déposer, de lâcher, d'exposer notre vulnérabilité, et de nous libérer.

 

"Il faut pouvoir traverser la nuit pour pouvoir retrouver la lumière de l'aube."

 

Annabelle